La vie créatrice de roches !

Ce texte a servi d’éditorial au Bulletin du G.E.S.T. de Juillet 2012

De tout temps, le mystère de la Vie attisa la curiosité de l’être humain. Cet attrait vient vraisemblablement de la sensation vague d’une parenté, reliant l’homme à tous les organismes vivants qui comme lui ont reçu le don temporaire de l’existence, à tout ce qui naît, vit et meurt. DARWIN, lors de son périple autour du monde sur le « Beagle », est de ces naturalistes qui justement ont cherché les relations qui unissent les différents organismes vivants, et les processus leur permettant de s’adapter à leur environnement (« Le voyage autour du monde »).

Actuellement, il est de plus en plus difficile d’établir une frontière entre le minéral, l’inerte et le vivant. Ainsi des substances chimiques de par le pouvoir radioactif, dissipent leur énergie, meurent en se transformant en d’autres substances. D’un autre côté, le débat sur la nature des virus qui manifestent des propriétés vitales, repose sur des notions complexes et reste toujours ouvert. Ils se présentent comme indissolublement liés à des produits chimiques cristallisés, avec ce que cela sous-entend de fixité, de stabilité, de non-vie.

Autre phénomène qui prête à exciter la curiosité est le fait que la Vie peut créer l’inerte. Certaines roches sédimentaires sont redevables de leur existence à l’activité constructive, à l’énergie biologique d’organismes minuscules. Il est également des animaux macroscopiques qui interviennent dans la genèse des roches tels les madrépores, les coraux, qui sont les auteurs d’énormes constructions dans les mers tropicales.

Parmi les roches sédimentaires dont le ciment est constitué des restes de microorganismes fossiles, citons, les jaspes qui tirent pour une grande part leur origine de minuscules êtres, les Radiolaires, véritables joyaux, aux formes les plus imprévues et les plus admirables (« Les Radiolaires »). Le tripoli, terre à polir, est une diatomite, roche légère et poreuse, constituée en majorité par des Diatomées, algues minuscules formées d’une seule cellule. Les craies sont également le produit de la consolidation d’organismes microscopiques, les coccolithes et les foraminifères. Il en est bien d’autres, mais ce n’est pas ici qu’il faut développer ces différentes catégories de roches.

La question que l’on peut se poser : quel serait l’aspect de notre planète sans la vie ?

Advertisements
Catégories : Editoriaux | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :